ACCUEIL COMMUNES AUTEURSLES MONUMENTS AUX MORTS SCULPTES EN FRANCE : VOSGES
Saint-Dié-des-Vosges
Tous droits réservés Alain Choubard, décembre 2015. Reproduction autorisée hors fin commerciale sous réserve de mention d'origine
ARRONDISSEMENT : Saint-Dié-des-Vosges. CANTON : Saint-Dié-des-Vosges-1. SCULPTEUR : DESVERGNES, Charles (1860-1928) ; né à Bellegarde (Loiret) ; habite Paris. ARCHITECTE : THIERS, Adolphe (1878-1939) ; né à Lyon (Rhône) ; habite Paris. ANNEE DE REALISATION (des sculptures) : 1928. DATE D'INAUGURATION : 26 août 1928. MATERIAU (des sculptures) : bronze. COÛT GLOBAL : 120.000 F. INFORMATIONS DIVERSES : un concours fut organisé en 1921 par la municipalité, de septembre jusqu'au 20 février 1922, en vue de l'attribution de la commande. En cours de construction éclata un conflit au sujet d'un surcoût : le cylindre pierreux servant de support aux reliefs était prévu en calcaire dans le devis ; l'architecte préféra finalement opter pour un granite, ce qui majora le prix d'éxécution. A l'instar du monument de Vincennes, dû au même sculpteur et très comparable dans sa forme et sa thématique tant nationaliste qu'antigermaniste, l'ensemble de Saint-Dié n'existe plus en l'état : sous l'Occupation tous les reliefs furent arrachés de leur support et détruits. Ne subsiste donc aujourd'hui qu'un monumental fût de granite lisse. Pour finir, on notera que la maquette du mémorial participa en 1922, à Paris, au Salon de la Société des Artistes Français (n° 4802 du catalogue). Les thèmes illustrés par les reliefs méritent quelques précisions : - sur le côté nord on trouvait Saint Déodat (à l'origine de la fondation de Saint-DIé), un Gaulois et le général de la Révolution Nicolas Haxo (natif d'une commune proche). - sur le côté sud : l' Amérique amenant ses soldats à la rescousse de Saint-Dié sa marraine : c'est en effet à Saint-Dié, en 1507, qu'un groupe d'humanistes géographes désigna pour la première fois le continent nouvellement découvert sous le nom d' Amérique . - au sommet, le Poilu vainqueur de l'aigle germanique brise le poteau marquant la frontière depuis 1871 avec l'Alsace, écarte de la main les horreurs de la guerre, et s'apprête à recevoir une couronne de laurier des mains d'une Victoire . BIBLIOGRAPHIE : 1921 : "Concours publics", dans Bulletin de la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement , 1er et 15 septembre, n° 18/19, p. 218. 1921 : "Concours", dans La Construction Moderne , 11 septembre, p. 400. 1921 : "Avis d'adjudications", dans Le Moniteur des Travaux Publics de l'Entreprise et de l'Industrie , 1er septembre, n° 35, p. 39. 1924 : "Région. Saint-Dié", dans L'Immeuble et la Construction dans l'Est , 9 novembre, sans pagination. 1991 : Rivé (Philippe) (sous la direction de), Monuments de mémoire. Les monuments aux morts de la première Guerre mondiale , Paris, Mission Permanente aux Commémorations et à l'Information Historique, p. 203, ill. n° 175. 1999 : Bouillon (Jacques) et Petzold (Michel), Mémoire figée, mémoire vivante. Les monuments aux morts , Charenton-le-Pont, Editions Citédis, p. 150. 2004 : A nos grands hommes. La sculpture publique française jusqu'à la seconde guerre mondiale à travers la carte postale , cédérom édité par le Musée d'Orsay et l'Institut National d'Histoire de l'Art. 2008 : Guide des sources de la Grande Guerre dans le département des Vosges , Epinal, Conseil général des Vosges, p. 231. 2008 : Une sainte des tranchées. Jeanne d'Arc pendant la Grande Guerre , catalogue d'exposition, Domrémy-la-Pucelle, Centre Visages de Jehanne, 1er juin au 30 septembre, p. 137.